HubertelieubertElie
hubertelie.com  Français-English
La Science de l'homme africain

Science de l'Existence

ou Théorie universelle des ensembles ou Théorie de l'Universalité
Nouvelle Science, nouvelle vision du Monde, de l'Existence, de l'Univers, de la Nature, de la Vie, de Dieu
Accueil > Monde Nouveau > Monde et Anti-Mondes > Pays des Noirs, pays de Satan le Diable > La Science de l'homme africain

La Science de l'homme africain

Le président français Nicolas Sarkozy
a déclaré dans un discours à Dakar le 26 juillet 2007 :
"Le drame de l'Afrique, c'est que l'homme africain n'est pas assez entré dans l'histoire."

Sarkozy a raison au moins sur un point :
il existe un drame de l'Afrique, de l'Afrique Noire en particulier.
C'est l'Afrique de la misère, de toutes les calamités.
C'est l'Afrique massacrée par la famine,
et ceux qui y survivent sont massacrés par le paludisme,
et ceux qui y échappent sont massacrés par le sida,
et ceux qui s'en sortent périssent à cause du gigantesque trafic de faux médicaments,
à cause de la corruption des dirigeants, de la corruption généralisée tout simplement.
Et si on survit à tout cela, alors on est guetté par les guerres civiles,
par les troubles politiques, les guerres ethniques,
et ainsi de suite, etc., etc., etc.
Cette Afrique est comme frappée par une étrange malédiction,
dont elle aurait toutes les peines du monde à sortir.

Mais il n'y a pas de malédiction,
tout s'explique de manière rationnelle !
Pas forcément la logique ou le rationnalisme de l'homme occidental,
pas la science héritée de la philosophie ou de la pensée grecque.
Mais tout s'explique par un rationnalisme supérieur,
celui de l'Univers TOTAL, la Réalité TOTALE,
l'Univers Fractal, l'Univers-Dieu !
Tout s'explique et toute la réalté se comprend par ce rationnalisme-là !
C'est au fin fond de l'Afrique, du Togo, du pays Kabyè,
que le visage le plus caché du drame de l'homme africain peut se découvrir.
Tout le malheur de l'Afrique est là !
Car là où habitent le Diable et les démons en chair et en os,
là habitent les Ténèbres, l'Ombre de la mort, le malheur, la souffrance et la misère,
plus qu'ailleurs dans le monde, plus qu'en France par exemple.

Là où Sarkozy a tort dans son fameux discours au Sénégal,
c'est que le vrai drame de l'Afrique, son drame le plus caché,
c'est aussi le vrai drame de la France, et c'est le drame du monde tout entier.
Sarkozy lui-même incarne ce drame,
aussi bien personnellement, par la personnalité qui est la sienne,
que par le genre d'idéologie politique et économique qu'il incarne,
et plus généralement par sa culture d'homme occidental,
celle qui a dominé le monde jusqu'à présent.
C'est la Science de l'homme africain qui le révèle aujourd'hui,
et cette Science Nouvelle, c'est la Science de Dieu.

L'homme africain doit "épouser sa propre histoire...", dixit Sarkozy
--> La petite histoire de la Science de l'homme africain
--> Et "l'histoire" recommence au pays de l'homme occidental...

Pourquoi c'est vraiment la Science de l''homme africain
--> Les discours de l'homme africain à Pagouda
--> La Science bâtie sur le paradigme de l'homme africain

Documents associés :
Le discours intégral de Nicolas Sarkozy à Dakar
Le pays des Noirs, le pays de Satan le Diable
Le pays des Blancs, la Civilisation de Satan le Diable
Hubert S. ABLI-BOUYO
Qui es-tu ?

L'homme africain doit "épouser sa propre histoire...", dixit Sarkozy

La petite histoire de la Science de l'homme africain

1 Physicien 1 2Campus Cézeaux3Mesures Physiques

Photo 1 :
L'homme africain a appris LES sciences de l'homme occidental au Togo, en Afrique, jusqu'en 1985, année de sa licence de Sciences Physiques à l'Université du Bénin (actuellement Université de Lomé).

Photos 2 et 3 :
A partir de 1985, en France, au pays de Mitterrand, de Chirac et maintenant de Sarkozy, l'homme africain a acquis plus d'expériences en matière de science. Il a enseigné pendant 16 ans les mathématiques et sciences et lycée, dont 10 ans en tant que titulaire en lycée professionnel. Parallèlement à son enseignement, il se perfectionnait en autodidacte (qui sait bien enseigner sait en général bien s'enseigner tout seul pour progresser) pour acquérir un niveau scientifique bien supréieur à son diplôme officiel de niveau BAC + 3. Il se perfectionnait pour les besoins de ses recherches scientifiques personnelles, qu'il avait commencées pendant ses années d'études à l'Université de Lomé, et bien avant, depuis l'année de son baccalauréat de Série C (mathématiques et physiques). Il a attrapé le virus de la recherche scientifique le jour où au lycée il a entendu pour la première fois parler d'Albert Einstein et de sa Relativité en cours de physique. Depuis ce jour, il était persuadé qu'il découvrirait lui aussi un jour quelque chose de très important, comme Einstein l'a fait, mais sans savoir ni quand ni comment il ferait cette découverte. C'était une simple question de temps selon lui. Et en France, son temps était partagé entre son enseignement, sa grande activité autodidacte et ses recherches privées.

Il finit par comprendre tout ce qui ne va pas dans LES sciences de l'homme occidental, leurs philosophies et paradigmes mauvais, leur logique mauvaise, une logique très sectaire et très ségrégationniste. Telle est la culture et l'état d'esprit de l'homme occidental en général (et qui est le fondement même entre autres de la ségrégation, du racisme (que l'homme africain a amplement vécu en France), de l'esclavage des noirs, du massacre des juifs, de la colonisation, de l'apartheid, sans parler du matérialisme et de l'état d'esprit du "Parlons de tout sauf de Dieu" comme en France), oui, tel est donc cet état d'esprit fondamental de l'homme occidental, telle est aussi sa science, et vice-versa.

En 2004, l'homme africain est devenu grand en science,
est
enfin prêt pour revenir au Togo, à Pagouda, pour mettre au point la Science de l'homme africain....

Mais malheureusement l'homme africain a été en 2008 obligé de revenir au pays de l'homme occidental, car les hommes africains (des plus intellectuels comme Kokou Tchariè jusqu'aux plus ténébreux afélas du pays Kabyè) n'ont pas voulu que cette science germe en Afrique. Il s'est sacrifié, il s'est ruiné (car il n'avait plus salaire des blancs pendant ces quatre ans au Togo), il a beaucoup souffert au pays Kabyè. Son propre frère Alexandre est l'un des plus farouches opposants de la science de son frère Hubert. Bbien que noir et Kabyè, Alexandre raisonne comme l'homme occidental, et même PIRE que la plupart des hommes occidentaux ! C'est le Diable Blanc lui-même dans une peau Noire ! Il n'y a que des Diables Blancs comme Uno ou Okomarac qui le dépassent, et même c'est pas sûr ! Il a fait de la vie de son frère Hubert un enfer au Togo, et depuis le 11 septembre 2004 où il est revenu de France pour faire sa science dans son pays natal, Alexandre usait de tous les moyens pour "rapatrier" son frère en France (comme il le dit), ainsi que sa femme blanche et ses enfants métisses. Dans un des moments les plus durs et même les plus dramatiques de ce combat terrible qu'il livrait à son frère Hubert, celui-ci a été obligé de faire appel à l'Ambassade de France pour les protéger, lui le natif du pays et sa famille qui s'est sacrifiée elle aussi, qui l'a suivi de France pour vivre avec lui au Togo. Mais l'Ambassade de France lui répond qu'elle ne peut rien pour lui, car au Togo il est un citoyen togolais. C'est tout simplement la HONTE pour ce frère, la HONTE pour le Togo, la HONTE pour l'homme africain. Il a prouvé qu'il est vraiment PIRE que l'homme occidental dont il se plaint si souvent !

Et "l'histoire" recommence au pays de l'homme occidental

Au moment même Nicolas Sarkozy faisait son fameux discours à Dakar (voir "Le drame de l'homme africain" selon Nicolas Sarkozy), au moment où il disait que celui-ci n'était pas assez entré dans l'histoire, qu'il doit épouser sa propre histoire, etc., c'est exactement ce Hubert faisait au Togo, il faisait à sa façon entrer le Togo et l'Afrique Noire dans l'histoire. Il a accomplissait les paroles mêmes du Prophétique l'Hymne National Togolais. Mais des togolais lui ont barré la route, des plus instruits comme Kokou Tchariè, Alexandre Pouyo ou Monsieur Biléba de Radio Kara (qui s'est opposé à ce que la radio consacre des émissions à la nouvelle science), jusqu'aux ténébreux aléwa et aféla de Pagouda.

Et ce qui devait arriver est arrivé : ruiné à l'extrême, arrivé à un point extrême où l'homme africain et sa famille n'avaient plus que quelques deux mois de nourriture (ou un peu plus personnellement étant donné sa réserve de kilos...) pour connaître de nouveau la famine, et étant obligé de brader une partie de ses affaires à des charognards (qui n'attendaient que cela pour faire bonne affaire et se nourrir des restes du gros homme venu de France...) pour avoir quelques liquidités, il ne pouvait donc même plus payer le billet d'avion pour revenir en France avec sa famille. Il ne restait plus à Alexandre que de triompher, d'appeler à la famille togolaise de cotiser pour "rapatrier" d'urgence en France son frère "irresponsable", qui s'était lancé avec sa famille dans cette aventure folle de "Science de Dieu", une aventure "sans avenir", qui ne pouvait que faire "plouf !" comme lui-même l'avait prédit à Hubert dès 2004, quand celui-ci était encore en France et se préparait à aller continuer cette science au Togo.

Après cet "échec" de la Science de l'homme africain au Togo, il est revenu en France très, très pauvre. Il devait repartir à zéro avec sa famille, et pour tout bien ils n'avaient plus que leurs valises, car la majeure partie de leurs biens a avait été déménagé au Togo, persuadé que c'est là que la suite de l'histoire s'écrirait. Après un passage très difficile d'un mois chez une de ses belles soeurs (qui les a accueillis à contre-coeur parce que c'est son compagnon qui a insisté), qui est pour la femme de l'homme africain ce que son frère Alexandre est pour lui, ils ont été accueillis dans un centre d'insertion sociale, où commença une nouvelle et rude bataille, mais cette fois-ci contre le visage Blanc du Diable... Une toute autre bataille, mais la bataille contre le seul et même Satan le Diable, Noir d'un côté, et Blanc de l'autre. Une bataille contre le seul et même sectarisme (voir Universalité contre Sectarisme). Aujourd'hui donc, c'est au pays de Nicolas Sarkozy (qui a donné ce fameux discours à Dakar) que l'homme africain se bat pour que la Lumière sorte enfin dans le monde...

Pourquoi c'est vraiment la Science de "homme africain"...

Les discours de l'homme africain à Pagouda...

Quand je condamne l'occident ou quand je parle de la science l'"homme africain", ce n'est pas du tout pour faire de l'anti-occidentalisme ou pour prêcher une certaine revanche de l'Afrique sur l'Occident qui l'a souvent si méprisée et même tout simplement maltraitée dans son histoire mais aussi en tant que "race" noire. Ce serait de l'anti-occidentalisme si je ne voyais que le mauvais côté de l'homme occidental mais pas aussi son bon côté, et si je ne voyais qu'un bon côté de l'homme africain et pas ses mauvais côtés, ses côtés les plus sombres, ténébreux et mauvais, que je viens de le montrer.

En homme de Dieu digne de ce nom, je dois être impartial, ou en tout cas équitable. Il me faut de part et d'autre dire "La vérité, toute la vérité et rien que la vérité" (car c'est mon serment de vérité), même si le risque évident est d'être de très mauvaise odeur pour les uns comme pour les autres, et d'être combattu aussi bien par les uns que par les autres. Quand donc les noirs massacrent leur propre frère et qu'il appelle au secours les blancs, ceux-ci ne lui viennent pas en aide, même s'ils pouvaient le faire (car quand on veut vraiment on peut). En effet, il faut dire que ce que je faisais au Togo est d'une très mauvaise odeur pour la France et pour ses conceptions des choses. Et en plus de cela, Alexandre le Diable Blanc dans une peau Noire (un cadre au PNUD ou "Programme des Nations Unies pour le Développement") est beaucoup intervenu après du Consulat et de l'Ambassade de France pour faire passer son frère Hubert pour un fou et gourou très dangereux des mains desquels il faut sauver sa femme et ses enfants en danger. C'est l'un des nombreux arguments de choc qu'il a avancés pour abattre la Science de l'homme africain au Togo. Et quand on sait que la France est un pays à la laïcité du "Parlons de tout sauf de Dieu" (de laquelle le président Sarkozy lui-même a été victime à un certain moment !), et quand on connaît aussi l'extrême sensibilité de la France pour les affaires de "gourou" ou de "secte" (réalités qu'Alexandre connaissait parfaitement et sur lesquelles il jouait pour atteindre ses buts), on comprend pourquoi j'avais encore moins de chance d'être soutenu par la représentation diplômatique française au Togo. Si c'est ma propre famille togolaise et à leur tête mon propre frère qui me combattent, alors c'est que je dois être très mauvais !

Mais il y a une autre façon de voir la chose : c'est vraiment le preuve que je suis impartial, et que quand il faut dire les quatres vérités aux uns comme aux autres, je ne regarde pas qui est mon père ou ne l'est pas, ma mère ou ne l'est pas, qui est de ma famille ou ne l'est pas, ou qui est de ma couleur ou ne l'est pas ! C'est pourquoi donc même ceux qui devraient normalement me soutenir (ma famille ou ma race) sont certainement mes plus grands ennemis. C'est bien connu, "Nul n'est prophète chez soi" !

Au moment même où Sarkozy prononçait ses paroles au Sénégal, je disais presque exactement les mêmes choses au Togo à N'zolwé N'labréou, à Madame Abalo, à toute leur confédération de sorciers et de diables, cause cachée de tous les malheurs de l'Afrique Noire. Dans ma maison à Pagouda (que j'ai surnommée la Maison Infernale et pour cause), ils me faisaient souffrir de toutes leurs démonstrations impressionnantes de leurs pouvoirs et de leurs Hama, et me disaient qu'à côté d'eux je n'étais qu'un "apprenti-sorcier". La démonstration la plus directe et la plus impressionnante eut lieu le 12 août 2007, soit deux semaines avant le discours de Sarkozy à Dakar. C'est à ce point que je dis que c'est ce jour-là que j'ai vraiment rencontré Satan le Diable et où j'ai vu de quoi il est capable. Dans la conversation conflictuelle qui eut lieu avec mon antagoniste (N'zolwé N'labréou), il me disait que je n'étais qu'un bébé en matière de pouvoir (ou Hama), tellement il a pu accomplir face à moi ce qu'il avait annoncé qu'il allait accomplir, sans que je sois capable de l'en empêcher.

Face à toute cette confédération de sorciers et de diables qui m'ont démontré pendant 4 ans toutes leurs capacités et tout leur pouvoir (je dois ma protection et celle de ma famille à mon Dieu que je sers), je leur disais entre autres ceci : "Vous êtes puissants et vous me le démontrez, d'accord. Mais avec la puissance que Dieu lui a donné à sa façon, l'homme blanc a fait la science et des choses profitables pour son semblable. Il a découvert l'électricité (qui donne la lumière), il a fait des hôpitaux, des avions, des bâteaux, des trains, des voitures, il a construit de grands bâtiments, etc. Mais vous, avec votre Hama, qu'avez-vous fait d'utile pour l'humanité, qu'avez vous fait dans l'histoire ? Vous ne savez que faire du mal avec, nuire à votre semblable, lui envoyez des scorpions comme vous me les avez envoyés, lui donner des maladies comme à moi et à ma famille au milieu de vous, lui causer des accidents comme vous m'en avez causés. Avec votre Hama vous ne savez donc que détruire et non construire et créer, vous ne savez que tuer votre semblable et le manger dans le Hama."

Bref, dans un autre langage, et adressé directement au diables africains (et aux causes les plus cachées des malheurs de l'Afrique), les mêmes que celle qu'à prononcées Sarkozy à Dakar, à des milliers de kilomètres de là. Voilà une des raisons qui montrent que ce que je faisais est la science même de l'homme africain, celle qu'il auraît dû faire avec son Hama. Un tel discours est complètement incompréhensible pour l'homme occidental, il qualifieriat ces choses d'irrationnelles, car c'est complètement étranger à son schéma de pensée, sauf s'il est un un croyant très profond ou s'il pratique une forme ou une autre d'art occulte. Sinon, ces choses n'ont aucune réalité pour lui, elles ne peuvent pas être l'objet de ses sciences. Mais elles ne peuvent être l'objet que d'une science de l'homme africain...

La science bâtie sur le paradigme de l'homme africain

Finale des Evala
Le 16 juillet 2006 à Pya,
le jour de la finale des Evala.
Le lendemaind cette finale, le 17 donc,
la Science de l'homme Kabyè est soumise pour la deuxième fois
au chef de l'état togolais Faure Essozimna Gnassingbé, un Kabyè...
Mais un autre Kabyè, Kokou Tchariè, conseiller du chef de l'état
a fait échouer au Togo la science de son frère Kabyè...

C'est le lendemain de la finale des Evala 2006 que le Président togolais Faure Gnassingbé a accordé la seconde audience à l'homme africain et homme de Pya (de par son père officiel, car il est de Kétao et de Pagouda de par sa mère), où il lui présenta la Science de l'Existence ou Science de Dieu, une science qui aurait dû être la fierté et l'honneur du Togo et de l'Afrique Noire.

En effet, la science actuelle est faite les paradigmes occidentaux, qui remontent aux plus anciens penseurs, philosophes et scientifiques occidentaux, et plus particulièrement les savants de l'antiquité grecque comme par exemple Euclide ou Aristote, pour ne parler que d'eux ! Ce dernier formula il y a 2400 ans un principe très fondamental dans la logique et dans les raisonnements scientifique, et qui est appelé le principe de non-contradiction, et qui dit ceci : «Il est impossible qu’un même attribut appartienne et n’appartienne pas en même temps et sous le même rapport à une même chose» (Aristote, Métaphysique, 1005 b 19-20).

Selon ce principe, on ne peut pas dire par exemple qu'il n'y a personne dans une case ou dans une chambre, et même temps dire qu'il y a quelqu'un dans la chambre. C'est soit l'un soit l'autre, sinon cela s'appelle une contradiction. De la même façon, on ne peut pas dire que moi qui écris ces lignes en ce moment, je suis en même temps en France et à Pagouda ! C'est soit l'un, soit l'autre, il est impossible disent Aristote et les occidentaux, que je puisse être à deux endroits différents en même temps. On comprend que ce principe très fondamental dans la science et la pensée actuelle, déclare impossible des choses comme les miracles de Jésus, le fait qu'il ait pu changer l'eau en vin, multiplier des pains, marcher sur l'eau, ressusciter des morts, ressusciter lui-même quand on l'a tué, et apparaître dans un pièce au milieu de ses disciples, alors toutes les portes étaient fermées ! Cela veut dire que tout ce que les apôtres disaient avant qu'il n'apparaisse (par exemple Thomas qui disait qu'il ne croirait pas à la résurrection de Jésus, avant d'avoir mis ses doigts dans les marques de sa crucifixion), Jésus entendait, même s'il n'était pas visible dans la pièce où ils se sont enfermés. Il n'était pas avec eux, et pourtant il était aussi avec eux ! Par conséquent, un tel principe sur lequel repose la science actuelle nie d'office Dieu, les choses de Dieu, les choses dites "surnaturelles".

Or un bon Kabyè authentique comme moi (où comme beaucoup de ceux sont alignés lors des Evala au pays Kabyè sur la photo ci-dessus) sait que le surnaturel existe. Il sait que le kinaou ou le hama sont des réalités ! Il sait qu'il est possible que quelqu'un soit à deux endroits en même temps, ou qu'il soit comme Jésus absent dans une pièce et pourtant être en même temps dans la pièce ! Et plus généralement, quelqu'un qui croit en l'existence de Dieu du Diable, sait que tout est possible dans l'Univers ! Les phrases du genre "Tout est possible" dans l'Univers, "Tout est vrai" dans l'Univers, "Toute chose existe" dans l'Univers, etc., est ce que j'appelle le Théorème de l'Existence ou la Loi de l'Univers. C'est tout simplement le Théorème de Dieu. Quoi qu'il advienne, quoi que fasse le Diable Noir comme le Diable Blanc, l'histoire retiendra que c'est à Pagouda, au pays Kabyè, qu'un homme africain, confronté aux réaliltés les plus cachées de l'Afrique Noire, a mis au point le Théorème de l'Existence. Ou plutôt, c'est là que Dieu lui a accordé l'une des plus grandes révélations de tous les temps...


Accueil Science NouvelleDieu NouveauMonde NouveauQui est HubertElie?ContactEnglish

2007 HubertElie Science de l'Existence